Compte de résultat différentiel : définition

Obtenir le financement pour son projet nécessite la production d’un rapport financier pour attester de sa rentabilité. Au nombre des états financiers qui constituent le rapport financier, figure le Compte de résultat différentiel. Il met en évidence les charges supportées par l’entreprise ainsi que les recettes qu’elle a engrangées. Qu’entendre par Compte de résultat différentiel et quelle est son utilité ? Le présent article répond à ces interrogations.

Qu’entendre par compte de résultat différentiel ?

Le compte de résultat différentiel permet d’apprécier la santé financière de l’entreprise ou du projet. Il permet de déterminer la marge sur coûts variables ainsi que le seuil de rentabilité. Le compte de résultat différentiel est présenté sous la forme d’un tableau mettant en relief les ressources et les dépenses. Les charges variables et les charges fixes sont respectivement déduites du chiffre d’affaires et de la marge sur coûts variables pour obtenir le résultat. Le compte de résultat différentiel est indispensable dans le cadre d’un contrôle de gestion.

A découvrir également : LegiFiscal : le droit fiscal des entreprises

Les éléments constitutifs du compte de résultat prévisionnel

Premier élément constitutif du compte de résultat différentiel, le chiffre d’affaires représente la somme des ressources engrangées par l’entreprise. Il s’agit des recettes engrangées à la suite des ventes de produits/marchandises ou des prestations de services. Les charges variables constituent les dépenses effectuées par l’entreprise pour garantir son fonctionnement. Elles évoluent en fonction du niveau d’activité de l’entreprise. L’autre élément constitutif du compte de résultat est la marge sur coûts variables. Elle met en exergue les produits les plus rentables de l’entreprise. Quant aux charges fixes, elles représentent certaines dépenses effectuées par l’entreprise et qui restent inchangées en dépit du niveau d’activité. Enfin, le résultat indique le solde généré par l’entreprise après la différence entre le chiffre d’affaires et les différentes charges. Si ce résultat est positif, l’entreprise a réalisé un bénéfice. Un résultat négatif indique une perte pour l’entreprise.

A quoi sert un compte de résultat différentiel ?

Le compte de résultat différentiel est utilisé pour le contrôle de gestion. Il permet d’analyser la performance d’une entreprise, sa capacité à créer de la richesse. Cet état financier permet de s’assurer que la stratégie définie par l’organe dirigeant permet d’atteindre l’équilibre financier escompté. Dans le cas contraire, l’organe dirigeant s’appuyant sur l’état financier, procède aux ajustements nécessaires pour augmenter la marge bénéficiaire. Le compte de résultat différentiel s’intéresse au financement des dépenses par les ressources de l’entreprise afin de déterminer la marge. Son élaboration permet d’apprécier le niveau de production à atteindre afin de couvrir les charges fixes de l’entreprise. Le compte de résultat différentiel se révèle donc être un excellent moyen de prévision financière pour atteindre des objectifs commerciaux.

A lire aussi : Comment créer une association ?

Vous pouvez aussi utiliser le compte de résultat différentiel pour calculer plusieurs ratios ou indicateurs de croissance. Le principal ratio qu’il permet de calculer est le seuil de rentabilité ou le point mort de l’activité. On attend par seuil de rentabilité, le chiffre d’affaires à réaliser pour couvrir l’ensemble de charges de l’entreprise. Il s’agit du chiffre d’affaires qui annule le résultat comptable de l’entreprise. A partir du seuil de rentabilité, vous pouvez déterminer la marge de rentabilité. Elle résulte de la différence entre le chiffre d’affaires et le seuil de rentabilité.

Élaboration d’un compte de résultat différentiel

Tout comme un compte de résultat classique, le compte de résultat différentiel fait état des produits et charges de l’entreprise. L’ensemble de ces charges doit être reparti de telle sorte qu’on aperçoive séparément les charges fixes et les charges variables. Ce sont ces charges qui seront par la suite déduite du chiffre d’affaires pour obtenir le résultat de l’exercice. Il convient alors de faire un point exhaustif de toutes les dépenses engagées par l’entreprise. Cela nécessite de savoir les différencier pour ensuite les classer par catégorie. Au nombre des charges fixes, nous avons les charges locatives, les frais d’entretien, la prime d’assurance, les honoraires et éventuellement les abonnements, etc. Les charges variables sont constituées des charges de personnel, du coût des matières premières, des frais d’électricité et d’eau, les frais de livraison, de packaging, et de la rémunération des commerciaux, etc.

à voir