Prospection digitale et RGPD : tout ce qu’il faut savoir pour 2023

Prospection digitale et RGPD : tout ce qu'il faut savoir pour 2023

En vue de préparer votre année 2023 avec de nouveaux objectifs et plus de clients, vous pourriez avoir besoin de quelques conseils sur votre prospection digitale. Il est important de la manipuler en accord avec le RGPD pour ne pas être pénalisé par la CNIL.

Qu’est-ce que le RGPD et la prospection digitale ?

Si vous voulez tout savoir sur ces deux volets et comment améliorer vos outils informatiques, vous pouvez visiter le site Pilot’in, agence experte en prospection digitale. Pour la version résumée et simplifiée, lisez la suite.

Lire également : Quelle assurance pour professionnelle ?

Le RGPD est le règlement général pour la protection des données. Instauré par un règlement européen du même acronyme, il va réglementer vos outils en ligne, la stratégie marketing utilisée et votre démarche commerciale en tant qu’entreprise. Le RGPD n’est pas celui qui établit les règles, celui qui les fait respecter, c’est la CNIL. La commission nationale de l’informatique et des libertés est une autorité administrative française indépendante. La CNIL doit faire respecter les règles du RGPD et aider ainsi les clients de site en ligne à protéger leurs données personnelles contre une prospection trop intrusive.

Le RGPD impose donc aux sites de vente et toute autre entreprise en ligne de proposer des cookies à tous les clients qui viennent visiter. Principalement, les cookies portent sur le temps de conservation des données collectées et sur le type de données accessibles.

A lire aussi : Effort construction : Participation de l'employeur à l'effort de construction (PEEC)

La prospection digitale quant à elle est l’ensemble des actions marketing, des outils en ligne (Google, mailing, newsletter, etc) utilisés pour attirer des prospects. Prospects qui seront par la suite peut-être convertis en clients si le contenu les intéresse et qu’ils font appel à votre entreprise.

Prospection digitale et RGPD : tout ce qu'il faut savoir pour 2023

Comment améliorer sa prospection digitale ?

La prospection en ligne, ce sont ces mails de pub que vous recevez chaque jour. C’est la newsletter d’un site de cosmétiques pour lequel vous avez fait des recherches ou ces offres incroyables que vous recevez pour votre première inscription sur un site. Tout ce qui vous permet d’avoir des remises en cas d’inscription à la Newsletter. Il existe plusieurs méthodes pour la pratiquer et en voici plusieurs en conformité avec le RGPD qui ne risque pas de vous faire d’ennuis avec la CNIL.

D’abord utilisé le B2B pour collecter les informations de vos prospects sur des sites comme LinkedIn ou Indeed. Seul le B2C demande une autorisation préalable. Avec le B2B, vous pouvez rapidement obtenir des leads (prospects, futurs clients potentiels) en vous servant d’outils spécialisé en scrapping des données. Mais, les clients doivent pouvoir être supprimés de la base de données. Il est totalement interdit d’acheter des leads sur le Dark Web, ici, c’est du trafic et vol de données personnelles. C’est sévèrement sanctionné par le RGPD et la CNIL.

La prospection par téléphone ou courrier papier (pubs dans les boîtes aux lettres) en revanche ne demande aucune autorisation préalable et permet à l’entreprise d’atteindre plus de prospects. Pour le marketing des données, l’entreprise devrait privilégier le téléphone afin d’être plus libre. Mais, certaines applications comme le système de Bloc Tel empêchent l’action commerciale des entreprises.

Pour trier ces données dans l’objectif d’une vente, vous devrez faire appel à des logiciels et des sites qui ne transfèrent aucune donnée vers les États-Unis ou l’Asie. Utiliser des outils comme Matomo, conseillé par la CNIL pour collecter les informations sur vos futurs clients potentiels. Notez que Google Analytics 3 est maintenant interdit en France et que Google Analytics 4 est trop récent pour être testé en conformité avec la réglementation informatique.

Vous devez toujours proposer l’opt-out à vos prospects. C’est la possibilité de se désabonner des mails et autres promotions incessantes. Beaucoup d’entreprises ne respectent pas cette règle et contribuent au remplissage de votre boîte à SPAM. Une plainte auprès de la CNIL peut rapidement le faire cesser si l’entreprise commerciale ne règle pas vite le problème.

Enfin, supprimez les cases à cocher dans les emails des prospects que vous contactez pour leur demander s’ils veulent recevoir la newsletter, s’ils sont d’accord pour recevoir de la promotion. Vous avez déjà leur adresse, donc c’est une perte de temps.

Si vous refusez de respecter toutes ces règles et contourner le RGPD et le courroux de la CNIL, vous devrez faire votre prospection commerciale sur des adresses mail génériques qui s’adresse à des groupes de vente par exemple.

à voir